image-0
image-1
image-large-1

Mobiliser et consulter une communauté de parents, imaginer des solutions collectives à des problèmes concrets en milieu scolaire, c’est possible! À la Troisième Avenue, nous l’avons testée avec succès à plusieurs reprises. Nous serons heureuses de partager nos méthodes et notre expérience avec vous pour créer un processus adapté à votre milieu.

LA CONVERSATION PUBLIQUE DE LA TROISIÈME AVENUE EST UN RENDEZ-VOUS À NE PAS MANQUER !

Vivre l’expérience de la Conversation publique de la Troisième Avenue est une bonne initiation à une approche qui gagnerait à être mieux connue et développée dans les organismes qui œuvrent pour une transformation sociale et principalement, la réussite en éducation des jeunes. »

– Mélanie Marsolais, Directrice du ROCLD

Vous avez besoin d’aide de plus d’information ou du soutien technique pour l’organisation de votre conversation publique?

Les conversations publiques à la Troisième Avenue

Pourquoi une conversation publique?

À la Troisième Avenue, nous organisons des conversations publiques pour faire entendre la voix des parents et des jeunes au sein du système scolaire. L’expérience de vie, le bagage académique, l’origine sociale ou culturelle, ou encore le statut au sein du système scolaire font souvent que les gens ne se retrouvent pas à égalité ni même en relation les uns avec les autres. Les Conversations publiques aident les jeunes ou les adultes, qui autrement ne se rencontreraient pas, à entrer en dialogue autour d’une question qui les touche particulièrement en matière d’éducation.

C’est quoi une conversation publique?

Une Conversation publique, selon la définition du « World Café », est un processus créatif qui vise à faciliter le dialogue constructif et le partage de connaissances et d’idées, en vue de créer un réseau d’échanges et d’actions. Ce processus reproduit l’ambiance informelle d’un café dans lequel les participant.es débattent d’une question ou d’un sujet en petits groupes autour de tables. Au terme du processus, les principales idées sont résumées au cours d’une assemblée plénière et les possibilités de suivi sont soumises à discussions.

Nos conversations publiques passées

TDAH, TSA, TC : Le diagnostic, pour qui, pourquoi?

La conversation publique « TDAH, TSA, TC : Le diagnostic, pour qui, pourquoi? » a eu lieu le 9 décembre 2017 au cœur de l’arrondissement de Saint-Laurent. Pour l’occasion, plus de cent-vingt citoyennes et citoyens se sont rassembléEs, en plus de quatre-vingts enfants. L’assistance composée à 85% de parents et d’adolescents comptait également des acteurs sociaux et communautaires ainsi que des intervenant.es des différentes commissions scolaires.

Le dialogue constructif et le partage égalitaire de connaissances et d’idées visés par la Conversation publique se sont orchestrés autour de trois questions :

    • Quelles sont les valeurs qui se rattachent à une école qui prend en compte la santé mentale des enfants immigrants et/ou racisés?
    • Comment le respect de ces valeurs influencerait-il la santé mentale de ces enfants, dans une perspective de réussite éducative?
    • Que devrions-nous mettre en place dans notre système scolaire pour assurer le respect de ces valeurs ?

À l’hiver 2018, les femmes de PAE ont réalisé consciencieusement la synthèse des différentes réflexions qui ont émergé durant la conversation publique. À la lumière de celles-ci, elles ont fait ressortir quatre grandes valeurs qui représenteront le point central du rapport de la conversation publique de 2017.

    • Ouverture et inclusion face à la diversité culturelle
    • Respect de chaque enfant dans son unicité
    • Bienveillance
    • Coopération

Vous trouverez plus de détails dans ce rapport ce que nous entendons par chacune de ses valeurs, en y associant leur influence sur la santé mentale des jeunes et en proposant des recommandations afin d’assurer le respect de chacune de celle-ci. Lire le rapport (PDF)

La société doit offrir ce qu’elle a de meilleur à nos enfants (PDF)

On se remet en 2015. Le Québec fait face à un contexte d’austérité économique et de coupures dans les budgets de l’éducation. C’est alors que les mères impliquées au sein du mouvement Parents en action pour l’éducation ont ressenti le besoin de se rassembler pour déterminer ensemble ce qui devait absolument être préservé et amélioré dans notre système d’éducation pour garantir la qualité de nos services et la justice scolaire.

La communauté a bien répondu à l’appel! Plus de 80 citoyens et citoyennes se sont rassembléEs au Centre des Loisirs de Saint-Laurent pour formuler des recommandations à nos décideurs publics. Les participantes et participants ont pu s’exprimer sur les déterminants essentiels pour assurer le bien-être et la réussite de toutes et tous.

Dans les mois qui ont suivi, Parents en action pour l’éducation a eu la chance d’acheminera les recommandations de cette conversation publique au Conseil supérieur de l’éducation lors d’un bilan organisé avec la coordonnatrice du conseil.

Cette rencontre a donc permis d’inspirer l’avis Rapport sur l’état et les besoins de l’éducation 2014-2016. Lire le rapport (PDF)

Conversations publiques

Cette conversation publique s’est inspirée par l’action des jeunes de Place Benoît qui ont rencontré la protectrice de l’élève de la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys pour exiger un document d’information accessible sur leurs droits, obligations et recours dans leurs écoles.

C’est ainsi que la conversation publique Et les enfants, comment ça va à l’école?… la suite a permis de consulter la communauté de Saint-Laurent pour définir des questions qui aideraient à mieux cerner l’information dont nous avions besoin dans cet outil. Hélène Moïse d’UNICEF Canada et plusieurs jeunes étaient présents pour nous aider dans ce travail.

À la rentrée 2013, Parents en action pour l’éducation à acheminer ces questions à nos éluEs à la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys. Lire le rapport (PDF)

Conversation publique à l’école

Et les enfants, comment ça va à l’école? Une question à l’allure toute simple échangée en famille, entre amis, entre voisins, à l’école. Le point de départ d’entretiens entre adultes soucieux du parcours de vie des enfants, conscients du rôle de l’école dans la réalisation de soi. Un questionnement chargé à la fois d’espoir et d’inquiétude et plus nécessaire que jamais à l’heure de la lutte pour la persévérance scolaire et du combat contre l’intimidation et la violence à l’école.

Si derrière ce postulat se cachaient ces autres interroga­tions : comment notre société peut-elle offrir ce qu’elle a de meilleur aux enfants à travers l’école ? Et quel est alors notre rôle comme parents ? Ce sont précisément ces questions que des groupes de mères d’élèves à la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys ont examinées à relais depuis 2009. En 2012, dans le but d’approfondir leur réflexion et de donner de l’impulsion à la coopération entre les parents et les écoles, dix d’entre elles se sont donné comme mission d’organiser la Conversation publique « Et les enfants, comment ça va à l’école ? ».

Cette Conversation publique a donc eu lieu le 25 mai 2012 au cœur de l’arrondissement Saint-Laurent et du territoire de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB). Une centaine de citoyennes et de citoyens se sont réunis ce soir-là en plus des quatre-vingts enfants qui accompagnaient leurs parents. On comptait également des acteurs sociaux et communautaires ainsi que des intervenants de la CSMB, monsieur Yves Sylvain, directeur général, madame Abi Koné, commissaire et membre du comité exécutif, et madame Sylvie Gagné, directrice de l’école Jean-Grou.

Le dialogue constructif et le partage égalitaire de connais­sances et d’idées visés par la Conversation publique se sont construits autour de trois questions :

    • Quelle valeur accordons-nous aux droits des jeunes à l’école ?
    • Comment le respect des droits des jeunes à l’école changerait les possibilités de réussite pour tous les élèves ?
    • Sur quoi devons-nous maintenant concentrer notre attention pour assurer le respect des droits des jeunes à l’école ? Comment ? Et avec qui ?

Le présent rapport intitulé «Aujourd’hui pour demain» structure le savoir collectif dégagé avec sagesse et ingé­niosité lors de cette soirée. Il est rendu public dans le but d’entraîner la création de réseaux de coopération sur les droits des jeunes à la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys. Lire le rapport (PDF)